Nantes – Vannes vu par… Alex (et sa crampe)

Nantes – Vannes vu par… Alex (et sa crampe)

On reprend les bonnes habitudes du club en laissant les acteurs du match raconter leur expérience. C’est Alex qui nous conte cette rencontre. La 4e journée du Championnat de Bretagne de D1 face à Vannes, le 15 décembre dernier.

Une rencontre de haute volée…

Ce weekend a eu lieu le dernier match de football gaélique nantais en 2018. Et quel match !!!
Pas tant par le jeu ou le score, mais par le temps. En effet, les abeilles ont butiné les toucans par le plus petit des écarts : 9 à 8.

Sous une tempête digne des meilleurs crachins bretons, la ruche entière a très bien entamé le match en maîtrisant complètement le jeu. Malheureusement la conclusion des possessions ne se concrétisent pas. Tandis que nous ne manquions que trois « 1 point » avec une forte domination, les Toucans ont concrétisé leurs deux contre-attaques par des « 1 point ». Le match s’est donc tendu petit à petit, pour finir à la mi-temps avec 2 points d’avance pour nos abeilles nationales.

…serrée de la 1e à la dernière minute

Le début de la seconde mi-temps fut difficile pour la ruche. C’est alors que Vannes revient rapidement au score pendant que nos abeilles continuent de se créer des occasions franches sans les concrétiser.

La défense de la ruche reste tout de même solide à l’image des multiples nez cassés (Arnaud et Damien) et simulation (Romain).
Puis par une très belle défense d’Antho, le toucan adverse s’énerve et écope d’un magnifique carton rouge.

Le match est alors relancé, et les abeilles repartent à la charge pour essayer de creuser l’écart. La pression monte et chaque abeille veut faire la différence pour rassurer la ruche. Malheureusement, de multiples occasions à trois points se sont soldées par des contres de l’équipe adverse. Parfois même la transversale (qui ne devait pas être à la bonne hauteur).

Après 60 min de pression, les abeilles exultent et rentrent à la ruche avec 1 point de plus.
Notons qu’au moins 8 abeilles différentes ont marqué.

Le reporter sans frontières