Le tournoi de Vannes vu par… Romain

Nouveau site et nouvelle rubrique ou presque…pour les abeilles. Par le passé, il était courant que les résumés de tournois ou de matches soient réalisés par les nouveaux du club. On reprend les bonnes habitudes avec l’histoire de ce tournoi vu par Romain, joueur fraîchement arrivé dans la ruche.

 

“Ce samedi 23 septembre avait lieu, à Vannes, le fameux tournoi de début de saison. Les résultats ont permis de composer les trois divisions du championnat de Bretagne masculin.

« Tournoi le plus important de l’année », le décor était planté par le coach Romain dès le premier entraînement ouvert aux nouveaux joueurs. « Les nouveaux, on va avoir besoin de vous ! », la couleur est annoncée dès le début du deuxième entraînement.

Au final, après un petit millier de mails pour rappeler à tout le monde la deadline pour les licences, une liste de 18 joueurs est posée sur le papier. Nous avons en fait commencé le tournoi à 15, fini le premier match à 14 pour un couac de transfert, commencé l’après-midi à 13 pour blessure, joué la demi-finale à 11 puis la finale avec des Vannetais en renforts… Ce fut périlleux mais ce fut bon !

L’objectif à atteindre était la première division. A entendre les cadres parler depuis trois semaines, on comprenait qu’aucune autre issue n’était envisageable, et ça met un peu la pression. Pour remplir l’objectif, il fallait gagner les trois premiers matchs, 2 en poule puis le quart de finale. Pas le droit à l’erreur.

Pourtant décrit comme « match le plus important de la journée » par Arnaud en causerie d’avant-match, la première rencontre ne pouvait pas plus mal commencer. Terrain gras et ballon qui fuse sur la rosée du matin, David est remplacé au bout de deux minutes pour non-qualification après transfert, et les vagues Guérandaises font plier la défense nantaise. Menées au score mais aussi battues dans les duels en première période, les abeilles se sont rebellées en deuxième mi-temps pour égaliser, prendre le dessus, enfoncer le clou et remporter la victoire au bout des deux périodes de dix minutes. C’était un scénario fou, bon pour le spectacle, et riche d’enseignements.

Moins d’une heure plus tard débutait le deuxième match de poule contre Vannes B. De nouveau qualifié de « match le plus important de la journée », la rencontre commençait de la même manière. On perd des duels ou ballons faciles et se fait surprendre en contre-attaque. Les spectateurs qui tournent la tête vers l’autre terrain ne nous connaissent pas encore. Le spectacle est bien ici, les nantais, meilleurs physiquement, remontent la pente pour finir fatigués mais victorieux d’un match qui permet de finir premier du groupe pour affronter le deuxième d’un autre. L’équipe n’a pas vraiment retenu les enseignements du premier match mais s’est souvenu de sa capacité à renverser la tendance en deuxième mi-temps. On peut être menés, sans être condamnés à courir après le score jusqu’au bout si on met les bons ingrédients. Le tir à un point devait être recherché plus souvent, on le savait mais encore fallait-il les tenter et les réussir. On l’a mieux fait en deuxième mi-temps et vraiment réussi en quart de finale.

La pause de midi fut longue (3 heures d’attente) mais permis à l’équipe de manger tranquillement, se reposer, faire umpire deux fois et de regarder le match opposant nos potentiels futurs adversaires. Dans ce match peu spectaculaire entre Brest et Lifré B, les Brestois sont sortis vainqueurs sans briller. Nous savions dès lors que ce quart de finale, qui nous ouvrait les portes de la D1 en cas de victoire, était à notre portée.

Convaincus que c’était le meilleur moyen de prendre les devants au score et de jouer plus libéré ensuite, le maître-mot dès l’échauffement fut « le tir à 1 point ».

Dès l’entame de match, l’équipe s’est montrée supérieure dans tous les compartiments du jeu et a su rester sérieuse, appliquée et raisonnable en assurant le point entre les poteaux plutôt que de tenter le but à 3 points. En menant 4-0 à la mi-temps, le discours n’a pas changé : on fait tourner le ballon et on lève la tête pour servir le joueur le mieux placé pour marquer. Le meilleur buteur de la journée (vous saurez vite qui c’est) soufflait aussi à Pano : « Faudrait quand même qu’on mette un but pour prendre le large tout de suite et se mettre à l’abri. » Ce fut chose faite rapidement. Malgré un 3 points encaissé sur penalty, le quart de finale est remporté haut la main par les abeilles.

Et voilà, contrat rempli, on est en D1, c’est fini !

Ah non…Faut jouer la demi-finale ?! « C’est un coup à se blesser » mais « c’est le moment de se jauger par rapport à Vannes », entend-on. En effet, les demies et la finale n’étaient pas indispensables, certains envisageaient la douche. Finalement tout le monde s’est motivé. Vannes, vainqueur de Quimper en quarts, était prêt à nous affronter et leur cri de guerre finit de motiver Georgi notamment. Après un échauffement poussif, le match débutait et les débats s’équilibraient rapidement. A la pause, les deux équipes se neutralisent (1-2) (1-2). La deuxième mi-temps a vu deux équipes fatiguées et incapables de suivre le score qui grimpait mine de rien pour les deux équipes. Au coup de sifflet final, seul l’arbitre semblait sûr de lui quant au score final et certains d’entre nous ont compris seulement après le rassemblement de fin de match qu’on venait de se qualifier pour la finale.

Après une nouvelle grande hésitation, on a joué la finale grâce à quelques Vannetais venus faire le nombre dans nos rangs pour affronter Rennes, tombeur de Lifré au tour précédent. Si le match était plutôt serré en première mi-temps, la deuxième a clairement tourné en faveur des Rennais. Aucun regret, la motivation n’était plus la même, les jambes non plus. On se rattrapera quand on recroisera le chemin des rouge et noir en championnat, pour un vrai match.

On peut dire merci aux joueurs qui ont enfilé les gants de gardien pour dépanner, et merci à Vincent et Elodie d’être venus nous supporter et faire des photos. Et on n’oubliera pas le but « A la Fearghus » : on tente le tir à 1 point mais le ballon file sous la barre !

La fatigue a rendu la soirée au John Mc Byrne & Co plutôt calme mais très sympa. C’est un moment convivial important dans la vie d’un groupe.

Pour conclure, j’en profite pour vous dire tout le bien que je pense du groupe et de ce sport parce que c’étaient mes premiers matchs, après 3 entraînements seulement. Par exemple, pendant la pause de midi, quatre joueurs différents m’ont demandé avec curiosité et bienveillance si ça me plaisait, comment je me sentais. Je reçois des encouragements et remarques sympas à tous les entraînements. Il y a un groupe soudé mais ouvert. Il y a des choses dans ce sport que l’on devrait voir partout, comme le petit rassemblement des deux équipes autour de l’arbitre après le coup de sifflet final pour conclure le match. On reçoit beaucoup de mails, mais les choses sont bien faites. Tout ça fait que dès les premières minutes samedi, j’étais à fond et j’ai kiffé être sur le terrain notamment pour finalement gagner ces deux premiers matchs mal embarqués. Je suis rentré chez moi avec plein d’images en tête, comme ce fameux marquage individuel qui m’a mis face à un ancien rugbyman beaucoup plus grand et lourd que moi, mais quand on a envie on se sent pousser des ailes et j’ai fini sur son dos, les pieds décollés du sol. J’ai envie de jouer pour continuer à apprendre et progresser, essayer des trucs. Je découvre petit à petit des bons gars, merci pour l’accueil, changez rien !”

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *